Le Dien Chan ou multireflexologie faciale

Le Dien Chan ou multireflexologie faciale

est une technique manuelle qui a vu le jour au Vietnam en 1980 grâce au professeur Vietnamien Bui Quoc Châu, acupuncteur. Il a abandonné les aiguilles d’acupuncture et le Dien Cham est devenu Dien Chan.

Le docteur Bui Quoc Châu a découvert sur le visage des points-réflexes fixes et précis (il existe plus de 500 points-réflexes). Il les a reproduits sur environ une trentaine de schémas de réflexion qui correspondent aux organes sur le visage. Ceci permet de travailler les pathologies à l’aide de formules. La pression sur différents points permet de réguler et/ou soulager.

Afin de détecter les « points vivants »,  le professeur Bui Quoc Châu a mis au point différents outils et formules. Ces formules concernent plusieurs points en vue de travailler selon la pathologie.

 

Outils Dien Chan

Le travail sur les zones réflexes du visage ne doit pas dépasser plus d’une vingtaine de minutes, pour éviter la sur-stimulation (hors bilan et éventuellement zones locales). C’est une technique qui relaxe le corps et l’esprit. Elle se pratique n’importe où et de préférence en position assise.

Le thérapeute peut également utiliser ses propres formules

La recherche des points vivants, sur le visage et le corps, se fait à l’aide d’outils yin et yang. Il agit par stimulation des différents points et en fonction des indications du patient, avec lequel le dialogue est constant, afin que le thérapeute adapte son travail.

Cette technique manuelle auto-régule l’organisme grâce aux stimulations, pressions, balayages, ponçages, l’organisme s’auto-régule. Pour plus d’efficactié, les points se combinent entre eux. Le travail s’effectue selon plusieurs axes :

· la détection et stimulation des points vivants,
· l’utilisation de formules dites BQC (Bui Quoc Châu),
· l’usage d’outils pour stimuler les zones réflexes concernées ou points BQC (Bui Quoc Châu).

Cette technique d’acupuncture sans aiguille consiste à détecter le ou les points sensibles dits « points vivants » sur le visage ou sur le corps. Ce sont des indicateurs.

Le Dien Chan repose sur la philosophie orientale (boudhisme, confucianisme et taoïsme) et la culture vietnamienne. C’est une méthode complémentaire et ne remplace en aucun cas le diagnostic médical.

Ghyslaine Norbert