L’auriculothérapie, réflexologie de l’oreille

L’auriculothérapie s’intéresse aux points réflexes situés sur le pavillon de l’oreille.

La stimulation de ces points (pose d’une aiguille, utilisation d’un détecteur électrique ou des doigts), régule les mécanismes du corps. Elle peut atténuer les douleurs. L’auriculothérapie a sa représentation des organes sur les oreilles.

Le Docteur Nogier, médecin acupuncteur lyonnais a développé cette technique dans les années 50 suite à la découverte sur ses patients d’un point de cautérisation sur l’oreille. Cette cautérisation avait été effectuée par une guérisseuse Madame Barrin pour soigner leur sciatique.

Paul Nogier a effectué des recherches et mis au point une cartographie de l’oreille avec les points en relation avec la pathologie. Il obtint des résultats probants.

L’auriculothérapie est reconnue par l’O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé) mais pas par l’Ordre des Médecins.

La formation en auriculothérapie est dispensée aux médecins, vétérinaires, sages femmes et sanctionnée par un diplôme. Sa pratique est tolérée par des non-médecins. L’auriculothérapie ne remplace en aucun cas le diagnostic médical.

Ghyslaine Norbert

Le Dien Chan ou multireflexologie faciale

Le Dien Chan ou multireflexologie faciale

est une technique manuelle qui a vu le jour au Vietnam en 1980 grâce au professeur Vietnamien Bui Quoc Châu, acupuncteur. Il a abandonné les aiguilles d’acupuncture et le Dien Cham est devenu Dien Chan.

Le docteur Bui Quoc Châu a découvert sur le visage des points-réflexes fixes et précis (il existe plus de 500 points-réflexes). Il les a reproduits sur environ une trentaine de schémas de réflexion qui correspondent aux organes sur le visage. Ceci permet de travailler les pathologies à l’aide de formules. La pression sur différents points permet de réguler et/ou soulager.

Afin de détecter les « points vivants »,  le professeur Bui Quoc Châu a mis au point différents outils et formules. Ces formules concernent plusieurs points en vue de travailler selon la pathologie.

 

Outils Dien Chan

Le travail sur les zones réflexes du visage ne doit pas dépasser plus d’une vingtaine de minutes, pour éviter la sur-stimulation (hors bilan et éventuellement zones locales). C’est une technique qui relaxe le corps et l’esprit. Elle se pratique n’importe où et de préférence en position assise.

Le thérapeute peut également utiliser ses propres formules

La recherche des points vivants, sur le visage et le corps, se fait à l’aide d’outils yin et yang. Il agit par stimulation des différents points et en fonction des indications du patient, avec lequel le dialogue est constant, afin que le thérapeute adapte son travail.

Cette technique manuelle auto-régule l’organisme grâce aux stimulations, pressions, balayages, ponçages, l’organisme s’auto-régule. Pour plus d’efficactié, les points se combinent entre eux. Le travail s’effectue selon plusieurs axes :

· la détection et stimulation des points vivants,
· l’utilisation de formules dites BQC (Bui Quoc Châu),
· l’usage d’outils pour stimuler les zones réflexes concernées ou points BQC (Bui Quoc Châu).

Cette technique d’acupuncture sans aiguille consiste à détecter le ou les points sensibles dits « points vivants » sur le visage ou sur le corps. Ce sont des indicateurs.

Le Dien Chan repose sur la philosophie orientale (boudhisme, confucianisme et taoïsme) et la culture vietnamienne. C’est une méthode complémentaire et ne remplace en aucun cas le diagnostic médical.

Ghyslaine Norbert

Mon expérience du Dien Chan ou multiréflexologie faciale

Outils Dien Chan

Tout n’était pas gagné d’avance puisque les doutes me taraudaient par rapport à cette thérapie, j’avais du mal à croire que cette méthode pouvait apporter un mieux être, pourtant tout s’est révélé. Il a fallu que je suive des formations pour me rendre compte à quel point cela fonctionnait. Je ne suis pas une personne qui croit tout sans preuves, il a fallu que j’expérimente pour constater que les résultats étaient là.

Je choisis volontairement de vous parler de la      Multi-réflexologie faciale car c’est celle qui me semblait la plus improbable et pourtant j’ai été guidée vers elle et aujourd’hui, je ne le regrette pas.

Voici mon histoire : J’ai suivi le premier niveau en multi-reflexologie faciale « dien chan », méthode vietnamienne mise en œuvre par le professeur Bui Quoc Chau en 1982. Lorsque j’ai suivi les cours, durant la partie pratique, le professeur traitait des patients en appuyant avec ses outils sur des points réflexes sur le visage et/ou le corps. Une fois traitée, les personnes disaient ne plus ressentir de douleur. Intérieurement, je me disais « ils plaisantent et affirment se sentir mieux, quelle blague, où est-ce que je me suis engagée, ces gens débloquent ». J’étais à 2 jours de la fin de ma formation, je logeais chez ma sœur et mon beau-frère au cours de ma formation. A leur demande je les ai traité avec différents outils du Dien Chan, mon beau-frère ressentait des douleurs à la tête. mon neveu des soucis avec son estomac et enfin ma sœur des douleurs aux bras suite au port de charges. Sans y croire vraiment, j’ai testé la méthode. Je reste persuadée que l’occasion m’a été donnée pour effacer mes doutes. Ils m’ont tous les trois signifié qu’ils allaient mieux quelques jours plus tard et voir totalement disparaitre les douleurs. A ce moment là, j’ai bien cru que c’était pour me faire plaisir, mais ça n’était pas du tout le cas puisque depuis, tout est rentré dans l’ordre.

Au cours de ma pratique, j’ai obtenu d’autres résultats tout aussi probants et encourageants qui m’ont confortés dans mon choix.

Je reste convaincue que l’amour et les bienfaits que l’on donne aux autres et l’intention que l’on y ajoute apportent des résultats inattendus. En ce qui me concerne, lorsque je pratique mon « art », je suis dans le « lâcher prise » et c’est là que l’univers agit. J’aime ce que je fais et je souhaite le partager avec vous.

Ghyslaine Norbert